LE MILIEU DE NULLE PART

Lecture (s)

PHILIPPE BAZIN, CHRISTIANE VOLLAIRE

CREAPHIS EDITIONS   19€

« Le milieu de nulle part » est un remarquable et étonnant ouvrage qui combine avec une efficacité prenante et surprenante les inscriptions croisées d’un photographe et d’une philosophe, en une démarche profondément originale faite de talent et d’abnégation – tant s’efface le geste lui-même afin de mieux donner à voir et à entendre  l’insupportable au quotidien.

L’insupportable est la situation de personnes réfugiées, en majorité des tchétchènes, dans des centres d’hébergement et des centres de rétention près de la frontière orientale polonaise. L’ouvrage met en interaction le travail photographique réalisé dans ces lieux improbables et le travail philosophique élaboré à partir des entretiens avec les réfugiés eux-mêmes mais aussi avec des responsables d’ONG polonaises ainsi que des fonctionnaires en charge de ces centres.

L’ensemble forme un tout profondément cohérent, qui nous adresse, avec une force et une rigueur sans détours, un questionnement imparable.

Point de phrases creuses, aucune « illustration » – jamais de clichés –  la philosophe et l’artiste ont pris date et rendez-vous en ces lieux qui ne sont en effet nulle part et qui composent et condensent en cet ouvrage  l’exact opposé d’un « no man’s land »: un espace où s’hébergent d’immenses malheurs en transit.

Ces écritures en regard, ici de lieux sans êtres là de récits sans visages, rendent compte avec une force bouleversante de ces cris étouffés, de ces lieux incertains et de ces réalités insupportables  qui, sans la mise en œuvre de ces deux  talents,  resteraient trop aisément ignorés.

LE MILIEU DE NULLE PART

GOS

 

 

Ce contenu a été publié dans psychanalyse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.