LA MAUVAISE COMPAGNIE

Le dernier billet  de l’édition « Avertissement d’Incendie » de Médiapart, est intitulé « Culpabilité par associations« ,  titre qui ne s’éclaire vraiment qu’à la lecture de cet article, lequel  reproche  à la rédaction de Médiapart un dérapage éditorial, confirmé depuis  par la Une de ce jour de Médiapart.

Signé comme le précédent par « La Rédaction de Médiapart » et donc engageant la responsabilité solidaire de toute la rédaction, cette Une en rajoute une couche sur la trop bien nommée rue du Cirque, en reprenant sans sourciller l’argumentation d’un Copé, tout en reconnaissant la source policière de ces informations.

Or cette « culpabilité par association » renvoie, ça ne s’invente pas,  à ce sophisme dit « de la mauvaise compagnie » figure peu connue de la sophistique mais hélas fort célèbre de la polémique politicienne sous sa forme la plus désolante quand elle recourt  aux explications systématiquement complotistes sous une forme accusatoire.

La ligne qui sépare le journalisme d’investigation d’une presse d’humeur aisément intoxiquée est ténue: la solidarité de cette rédaction collective semble indiquer que la question s’est posée au sein de Médiapart dont les derniers gros titres sur cette affaire indiquent le choix délibéré d’une ligne éditoriale belliqueuse sans rapport avec le tournant libéral de la Conférence de Presse d’hier.

Le problème ici est de savoir si Médiapart choisit désormais l’opinion plutôt que l’information.

On peut craindre que le choix se porte désormais sur des articles « à sensation ».

Car dans cette affaire révélée par Closer, le site d’ Edwy Plenel vient de choisir un format… tabloïd.

 

Ce contenu a été publié dans psychanalyse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.